Né en Belgique en 1970, Olivier Papegnies devient photojournaliste en 1997.

Biographie

Népal, 3 mois après les séismes

Quelques semaines après les séismes, le Népal n’a pas fini de dresser le bilan du drame et de panser ses plaies.

Le dernier constat fait état de 8 600 morts et plus de 17 000 blessés ; au moins 500 000 Népalais vivent toujours sans toit. On estime que 60% des infrastructures (routes, centres de santé, et approvisionnement en eau en milieu urbain) ont été endommagées, et environ 8 millions de personnes ont été affectées. La reconstruction est difficile et lente. Les hôpitaux sont surchargés et les besoins médicaux demeurent immenses.

Ce reportage a été réalisé avec Médecins Du Monde qui continue d'intervenir dans le district du Sindhupalchok – le plus affecté – afin d’apporter une aide médicale aux populations. Avec la participation des communautés, les équipes œuvrent à la reconstruction du système de santé à travers la réhabilitation de 15 centres de santé et l’appui aux maternités. « Trois mois après, le système de santé népalais – déjà fragile avant la catastrophe – n'est pas rétabli et il y a toujours une rupture dans l'accès aux soins », explique le docteur Françoise Sivignon, présidente de Médecins du Monde. L’association a également développé des activités de cliniques mobiles par route et par hélicoptère afin d’apporter des soins aux populations dans les zones reculées. À ce jour, 4 000 consultations ont été réalisées.

La saison des pluies, à son maximum de juin à septembre, engendre des glissements de terrain et des inondations. Les défis logistiques sont énormes : il faut parfois plus de quatre heures pour parcourir 15 kilomètres entre Katmandou et les villages reculés. En cette période, le risque d’épidémies s’accroît. C’est pourquoi Médecins du Monde, en appui au ministère de la Santé et en partenariat avec Solidarités International, effectue de la veille sanitaire pour prévenir des menaces de type choléra.